2ème Coentunnel

VINCI Construction Grands Projets a été mandaté pour concevoir et construire un tunnel immergé (1 x 2 voies et 2 x 3 voies, de 715 m de long), ainsi que rénover et reconstruire un ancien tunnel immergé. Outre la construction du tunnel immergé (2ème Coentunnel) et la rénovation du 1er Coentunnel, les travaux comprennent : 2 ouvrages d'art neufs, 12 ouvrages à élargir 13 ouvrages à rénover, 14 kilomètres de chaussées ainsi que la mise en place d’écrans anti-bruit et anti-pollution. Ce projet s’inscrit dans le cadre du doublement des voies de l'autoroute A10 (partie nord-ouest du périphérique) et du début de l'A8 au nord ouest d'Amsterdam.

CONTEXTE

La population d’Amsterdam a augmenté de plus de 10 % entre 1990 et 2013. De 700 000 habitants, la capitale des Pays-Bas est passée à 800 000 habitants en seulement 20 ans.
Aussi, situé au Nord d’Amsterdam, le tunnel Coen connaît de forts embouteillages puisqu’il est le lieu stratégique qui permet d’accéder au 4ème plus grand port d’Europe. La rénovation de ce premier tunnel, ainsi que la construction d’un second, ont donc été jugées nécessaires.
Ce second tunnel immergé à 5 voies sous le port d’Amsterdam a pour objectif de doubler la capacité du tunnel existant et de fluidifier le trafic aujourd’hui saturé sur le périphérique ouest d’Amsterdam et vers le nord du pays.
Les travaux, d’une durée de 5 ans, ont été réalisés par un groupement composé de VINCI Construction Grands Projets, CFE et DEME, alors filiales de VINCI Construction ainsi que de TBI, Dura Vermeer et Besix.

TECHNIQUE

L’objectif principal du second tunnel Coen est d’améliorer l’accessibilité de la banlieue nord et le désenclavement de la zone portuaire ouest d’Amsterdam. Il est placé aux côtés du premier tunnel Coen, et passe donc sous le canal de la mer du Nord. Le tunnel se compose de 4 éléments immergés, alourdis par un béton de ballast.
Un des enjeux majeur de ce projet fut notamment l’accent porté à la fois sur l’aspect sécuritaire et environnemental du projet. Le but de ce projet : réaliser un tunnel qui mène les gens à destination, rapidement tout en conservant une sécurité maximale.
C’est pourquoi, la composition du béton utilisé pour cet ouvrage répond aux exigences en matière de sécurité, puisqu’il est prévu pour résister au feu. Les dégâts matériels et humains sont donc évités au maximum.
Un autre défi fut celui de préserver et de rénover un tunnel existant datant des années 60, tout en construisant le nouveau à moins de 30 mètres et en limitant le risque de tassement lors de l’excavation de la fouille. Un ouvrage temporaire sous-marin de soutènement a ainsi dû être mis en œuvre. La réalisation d’un rideau de soutènement provisoire de grande inertie a permis de draguer la tranchée provisoire en fond de canal pour l’installation des éléments du tunnel immergé. Les éléments du tunnel immergé ont été fabriqués dans la darse existante à Barendrecht au Sud de la Hollande, et ont été transportés partiellement par voie maritime en mer du Nord, avec des sujétions importantes liées aux conditions de mer.
Les travaux ont été réalisés sans réduction du nombre de voies de circulation du système routier existant, mais avec un phasage de circulation complexe.
L’addition de voies de circulation entre la connexion avec la nouvelle autoroute et le tunnel a nécessité l’élargissement de la plateforme routière en remblai sur des sols compressibles.

Le projet constitue la composante essentielle d’un ensemble de mesures d’extension de la capacité des infrastructures visant à améliorer l’accès au réseau routier principal de la conurbation du nord du pays (la « Noordelijke Randstad ») et à résoudre le problème des encombrements quotidiens qui ont des répercussions négatives sur le plan de la sécurité routière et de l’environnement.

IMPACT

La société concessionnaire Coentunnel Company, filiale conjointe de VINCI Concessions, de CFE, de sa filiale Dredging International et de leurs partenaires néerlandais et belge, a officiellement inauguré le second Coentunnel aux Pays-Bas, le jeudi 16 mai 2013, en présence de Melanie Schultz Van Haegen, ministre néerlandais de l’infrastructure et de l’environnement.
L’ouvrage permet aujourd’hui aux automobilistes de circuler dans les 2 sens. Les 2 tunnels procurent un total de 9 voies de circulation, dont 2 réversibles en fonction de l’heure pour une gestion optimale du trafic.
La zone du port, située à l’ouest d’Amsterdam (entre Velsen / Ljmuiden), était auparavant très difficilement accessible à la circulation. Les automobilistes étaient presque obligés de circuler sur l’A10 pour arriver à destination. Aujourd’hui, cet ouvrage permet d’avoir une meilleure accessibilité de l’agglomération du nord et de la zone portuaire ouest, une meilleure fluidité de la circulation, et une circulation moins intense. Les travaux ont rendu possible le raccordement de la nouvelle autoroute A5 qui contourne Amsterdam par l’ouest et permet de déplacer le trafic Nord/Sud qui surchargeait préalablement le périphérique d’Amsterdam.
Enfin, ce projet a permis la rénovation du tunnel Coen à la suite de la construction du second. Suite à cette rénovation, ce tunnel de plus de 40 ans pourra encore en tenir 60.

Experts du projet

Maître d’ouvrage
Rijkswaterstaat (RWS)

Maître d’œuvre
Coentunnel Company B.V.

Chiffres clés

Dates d’exécution
juillet 2008 à juillet 2013    

Béton
133 000 m3

Écrans anti-bruit
3 975 km

Écrans anti-pollution
6 816 km

Témoignage

« La sécurité des usagers a été notablement améliorée avec la mise aux normes de l’ancien tunnel, suite à une rénovation lourde rendue possible à l’ouverture du second tunnel. Le tout, sans interruption de trafic. »

Gilles Cachia, Directeur Technique

Tunnels ferroviaires d'Hallandsås

Skottorp - Förslöv

Discover