Archives

VINCI Construction remporte un contrat pour la réalisation d’une station de traitement d’eau à Phnom Penh, au Cambodge

VINCI Construction Grands Projets a signé le 14 novembre 2019, avec la régie des eaux de Phnom Penh, le contrat de conception-construction de la station de traitement d’eau potable du quartier de Bakheng, situé dans le nord de la capitale cambodgienne.

La première phase du projet, d’une valeur de 155 millions de dollars (141 millions d’euros), prévoit la réalisation :

  • d’une première ligne de traitement d’une capacité de 195 000 m3 par jour,
  • de la prise d’eau dans le Mekong d’une capacité de 390 000 mpar jour,
  • de deux canalisations de 1,4 mètre de diamètre sur 1,5 km de long pour amener l’eau du Mékong jusqu’à la station de traitement,
  • d’une canalisation de 2 mètres de diamètre sur 7,8 km de long (incluant le franchissement d’une rivière de 630 m qui sera réalisée au micro-tunnelier) qui apportera l’eau rendue potable à plus de 500 000 habitants de la capitale.

Afin de minimiser l’empreinte carbone du projet, la consommation électrique de la station sera en partie fournie par 27 000 m2 de panneaux solaires pour une puissance installée de 3,8 MW.

Le projet, cofinancé par l’Agence française de développement, la Banque européenne d’investissement ainsi que la régie des eaux de Phnom Penh, permettra l’embauche de plus de 500 ouvriers et personnels d’encadrement locaux au pic de l’activité.

Le contrat prévoit, dans un second temps, la réalisation d’une tranche conditionnelle de travaux d’une valeur de 45 millions de dollars (41 millions d’euros). Celle-ci comprend le doublement de la capacité de traitement de la station en la portant à 390 000 m3 par jour. À la livraison de cette deuxième phase du contrat, un million d’habitants sera desservi en eau potable.

Ce nouveau projet confirme l’engagement de VINCI Construction Grands Projets pour le développement de l’accès à l’eau potable au Cambodge. L’entreprise a en effet livré en 2017 la station de traitement d’eau potable de Niroth, située dans la périphérie de Phnom Penh, ainsi que les stations de traitement des eaux usées des aéroports de Phnom Penh et de Siem Reap. Les équipes spécialisées dans le domaine des travaux hydrauliques de VINCI Construction Grands Projets ont également livré cette année deux stations de traitement d’eau potable à Siem Reap et à Chamcar Mon (au centre de la capitale cambodgienne).

Depuis la création de VINCI Construction Grands Projets en l’an 2000, les projets hydrauliques réalisés ont permis d’approvisionner en eau potable 6 millions de personnes et de traiter les eaux usées de l’équivalent de 2,5 millions d’habitants dans le monde.

ITER : fin des travaux de génie civil du Bâtiment tokamak

ITER Organization, l’organisation internationale créée en novembre 2006 pour exploiter puis démanteler l’installation ITER, Fusion For Energy (F4E), l’organisation de l’Union européenne responsable de la contribution européenne au programme ITER et le groupe VINCI, mandataire du groupement1 en charge de la construction des principaux bâtiments du site, ont annoncé aujourd’hui la fin des travaux de génie civil du bâtiment qui abritera le tokamak ITER2 sur le site de Saint-Paul-lez-Durance/Cadarache (Bouches-du-Rhône). Le franchissement de cette étape majeure de la vie du chantier a été marqué symboliquement par le bétonnage, le 7 novembre 2019, du dernier plot de la partie supérieure du bâtiment, dans lequel le tokamak ITER sera prochainement assemblé.

L’achèvement dans les délais des travaux de génie civil du Bâtiment tokamak permet de mettre en place la charpente métallique du toit et maintenir ainsi l’objectif ambitieux de production du premier plasma3 en 2025.

Le chantier de génie civil a débuté en 2010 et a nécessité le déploiement de capacités hors norme en matière de gestion de projets complexes et la mise en œuvre d’expertises de pointe.

Les équipes du groupement mené par VINCI ont mis en place une organisation performante et agile pour intégrer en cours de construction l’ensemble des adaptations de conception souhaitées par les équipes scientifiques d’ITER. Le succès de ce volet a été rendu possible par la mobilisation des équipes d’études et de travaux de VINCI, par l’emploi d’outils de conception numérique de pointe et par l’expertise des équipes de VINCI en matière de management de projets complexes.

Par ailleurs, la construction du Bâtiment tokamak, haut de 73 mètres et large de 120 mètres, a nécessité l’élaboration de bétons très spécifiques. Les équipes du chantier ont notamment développé une dizaine de formulations dont certaines présentent des caractéristiques uniques, capables de faire écran aux rayonnements engendrés par la réaction de fusion. Certaines parties du Bâtiment tokamak ont également nécessité la mise en œuvre de ferraillage d’une densité rarement atteinte sur des projets de cette ampleur (jusqu’à dix fois plus dense que pour un mur de logement). Enfin, l’accès au cœur du Bâtiment tokamak a nécessité la fabrication sur mesure de 46 portes nucléaires dites « lourdes ». Chacune de ces portes, d’un poids unitaire de 70 tonnes, est fabriquée en Allemagne, puis transportée sur site, remplie de béton et assemblée au cœur du Bâtiment tokamak.

« En décidant de participer en première ligne à la construction des bâtiments du programme ITER, particulièrement complexes, VINCI a contribué à écrire une page majeure de l’un des programmes de recherche les plus ambitieux et les plus prometteurs jamais mis en œuvre : reproduire sur Terre les réactions qui se produisent au cœur du Soleil et des étoiles depuis des milliards d’années. La maîtrise de la fusion de l’hydrogène, qui constitue l’objectif d’ITER, ouvre la voie à un âge nouveau pour l’ensemble de l’humanité, qui pourra disposer d’une source d’énergie massive, variable à volonté, intrinsèquement sûre et pratiquement sans impact sur le climat et l’environnement. Le défi était immense et les femmes et les hommes de VINCI l’ont relevé avec ténacité et brio depuis bientôt dix ans. Que VINCI soit ici sincèrement remercié pour s’être affirmé comme un partenaire hautement compétent, fiable, et partageant pleinement nos objectifs, nos exigences et notre détermination. Le succès d’ITER sera le leur. » a déclaré Bernard Bigot, directeur général d’ITER Organization.

« Nous sommes heureux d’annoncer la fin des travaux de génie civil du bâtiment principal au terme d’un chantier long et complexe où le tokamak ITER, la plus grande machine de fusion au monde, sera installé. L’Europe est la partie responsable de la construction des infrastructures de ce programme extrêmement ambitieux. Grâce à notre étroite collaboration avec VINCI, ses partenaires et plus de 700 ouvriers, nous avons réussi à finaliser cette étape avec succès dans le respect des exigences de sûreté, de sécurité et de qualité. » a déclaré Laurent Schmieder, (F4E), Responsable de l’équipe chargée de la construction des bâtiments et réseaux électriques du Projet ITER.

« VINCI Construction, avec ses partenaires Razel-Bec et Ferrovial, est extrêmement fier d’avoir réalisé le génie civil d’ITER. ITER est un projet unique au monde, par sa complexité, sa précision, et ses dimensions. C’est une formidable aventure humaine, mais également un immense défi technique. Sa réalisation nous a sans cesse amenés à innover et à repousser les limites de nos savoir-faire. Nous contribuons avec une grande humilité à la réalisation d’un des plus beaux et des plus ambitieux projets qui existent en ce moment dans le domaine de l’énergie. ITER vise à rendre l’énergie électrique disponible partout sur terre sans émission de CO2 ni risque radiologique. Une superbe étape en tant que constructeur, la pierre fondatrice d’un édifice majeur pour l’humanité », a déclaré Jérôme Stubler, président de VINCI Construction.


1
Le groupement en charge de la construction des principaux bâtiments d’ITER est piloté par VINCI au travers de ses filiales VINCI Construction Grands Projets, VINCI Construction France et Dodin Campenon Bernard. Il comprend également les entreprises Ferrovial (Espagne) et Razel-Bec (France). Les portes nucléaires lourdes ont été conçues et fabriquées par une filiale de VINCI Énergies, Cegelec, en partenariat avec Sommer (Allemagne).

2Un tokamak est une machine expérimentale conçue pour exploiter l’énergie de la fusion. Dans un tokamak, trois conditions doivent être remplies pour obtenir des réactions de fusion : une température très élevée (de l’ordre de 150 millions de degrés Celsius), une densité de particules suffisante pour produire le plus grand nombre de collisions possibles et un temps de confinement de l’énergie suffisamment long pour que les collisions se produisent avec la plus grande vitesse possible. Tokamak est un acronyme russe qui signifie « Chambre toroïdale avec bobines magnétiques ».

3Le plasma, quatrième état de la matière, est atteint lorsqu’un gaz est porté à très haute température. Noyaux et électrons sont alors dissociés. C’est dans ce milieu que les noyaux d’hydrogène peuvent fusionner et générer de l’énergie.

Le groupement Balfour Beatty VINCI SYSTRA remporte le contrat de construction de la gare Old Oak Common sur la LGV HS2

Le groupement sera en charge de la conception, de la construction et de la mise en service d’Old Oak Common au nord-ouest de Londres, avec la réalisation de six quais souterrains et huit quais pour la GWML (Great Western main line) voisine.

Les compétences de Balfour Beatty dans la construction de vastes terminaux de transport dans le monde seront combinées aux savoir-faire de VINCI dans la construction de lignes à grande vitesse, et aux compétences de SYSTRA dans la conception, l’intégration et la gestion de projet en systèmes de transport.

Une fois terminée, la gare Old Oak Common sera la mieux connectée du Royaume-Uni, et desservira directement trois grands aéroports et huit des dix plus grandes villes de Grande-Bretagne. Elle s’inscrit dans un des plus grands projets britanniques de revitalisation, qui contribuera à créer jusqu’à 65 000 emplois et 5 500 logements dans l’Ouest londonien, et augmentera aussi fortement la capacité ferroviaire du Royaume-Uni.

Nigel Russell, directeur de projet pour le groupement Balfour Beatty VINCI SYSTRA, a déclaré : « Ce contrat révèle la force de notre groupement et constitue une reconnaissance de notre excellence mondiale dans la conception, la gestion et la livraison des projets complexes d’infrastructure. »

« Nous sommes impatients de mettre en oeuvre nos expertises au service de cette infrastructure nationale majeure. HS2 est une opportunité de développer les compétences techniques des équipes, de redynamiser l’économie britannique et de contribuer à garantir un secteur des travaux publics performant et concurrentiel. »

Le Groupement démarrera les travaux préliminaires cette année. Ils comprennent une étude géotechnique complémentaire et la réalisation de pieux. Au pic de la construction, le projet emploiera une équipe managériale de 140 personnes et un effectif total de 2 500 personnes.

Ce nouveau contrat fait suite à la désignation de Balfour Beatty VINCI en 2017 pour la réalisation des lots N1 et N2 des principaux travaux de génie civil de la HS2, dans un contrat de conception et de construction en deux parties, d’une valeur de 2,5 milliards de livres.

VINCI Construction livre le Pont de l’Atlantique au Panama

Le président panaméen, Laurentino Cortizo, et l’Administrateur du Canal de Panama, Jorge Quijano, ont inauguré, vendredi 2 août 2019 à Colón, le Pont de l’Atlantique. Situé à 3 km des écluses de Gatún et d’Agua Clara, ce pont de 4,6 km, dont 3,1 km d’ouvrages d’arts exceptionnels, crée un lien entre les continents nord-américain et sud-américain qui pourra être emprunté indépendamment du fonctionnement des écluses du Canal.

En raison de l’adversité du climat tropical panaméen côté Atlantique, une solution technique entièrement en béton armé avait été préférée par l’Autorité du Canal de Panama à l’emploi d’une structure métallique. La travée centrale (partie du pont située au-dessus des eaux), composée de 530 mètres de tablier en béton à 75 mètres d’altitude, constitue un record mondial pour un pont haubané tandis que ses deux pylônes dominent les eaux de l’Océan Atlantique à plus de 210 mètres de hauteur. La réalisation de leurs fondations, ancrées dans un sol instable soumis à des sollicitations sismiques importantes, a représenté un véritable défi.

Pour construire le pont sans interrompre le transit des porte-conteneurs, quatre coffrages mobiles innovants, pesant chacun 240 tonnes, ont été utilisés pour la travée centrale.

Une culture forte et partagée de la sécurité a permis que les travaux se déroulent sans accident grave.

La réalisation de cet ouvrage unique a nécessité la mobilisation de nombreuses expertises de filiales du Groupe : VINCI Construction Grands Projets pour la construction de l’ouvrage, Rodio Swissboring Panamá, filiale de Soletanche Bachy, pour la réalisation des fondations profondes, mais aussi Freyssinet pour la pose des haubans.

VINCI Construction remporte un contrat de conception-construction pour la ligne ferroviaire City Rail Link à Auckland, en Nouvelle-Zélande

Le groupement Link Alliance comprenant VINCI Construction Grands Projets (mandataire) et Soletanche Bachy International, filiales de VINCI Construction, et leur partenaire Downer, ainsi que les designers Aecom, WSP-Opus et Tonkin & Taylor, a signé aujourd’hui le contrat de conception-construction du lot 3 du programme City Rail Link à Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Le contrat, d’un montant de 1 658 millions de dollars néozélandais, soit environ 970 millions d’euros, porte sur la conception et la construction de 3,45 km d’extension d’une ligne ferroviaire, dont 3,2 km de tunnel, pour relier les stations existantes de Britomart et de Mount Eden. Sur le tracé, trois nouvelles stations seront construites, dont deux en souterrain. Les tunnels seront réalisés avec un tunnelier à pression de terre de 7,18 m de diamètre.

Le contrat est de type “alliance”, qui associe dans une même équipe le groupement concepteur-constructeur et le client, City Rail Link Limited, pour réaliser le projet dont la livraison

intervient en 2024.

D’un coût total de 4,419 milliards de dollars néozélandais, soit 2,586 milliards d’euros, le projet City Rail Link permettra de doubler le nombre de personnes qui pourront se rendre dans le centre-ville d’Auckland en moins de 30 minutes. Cette nouvelle ligne de train est conçue pour accueillir 54 000 passagers par heure en heures de pointe, soit l’équivalent de la capacité de deux autoroutes à 2 fois 4 voies.

Ce projet illustre la capacité de VINCI Construction à accompagner les grandes métropoles pour mener à bien leurs projets de mobilité urbaine et de transport en commun, comme elle le fait en France, à Hong Kong, à Singapour, à Doha, ou encore en Virginie, aux États-Unis, et à Ottawa, au Canada, avec le récent contrat de conception-construction du LRT.

VINCI Construction remporte un contrat pour la construction d’un réservoir GNL au Canada

La joint-venture formée par Entrepose Contracting et VINCI Construction Grands Projets, deux filiales de VINCI Construction, a remporté un contrat majeur portant sur l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction d’un réservoir de gaz naturel liquéfié (GNL) de 225 000 m3 au Canada. Le montant du contrat s’élève à 400 millions de dollars canadiens, soit environ 270 millions d’euros.

« Lors de collaborations passées, Entrepose Contracting et VINCI Construction Grands Projets ont déjà démontré leur capacité à conduire des projets dans des environnements climatiques difficiles. Nous sommes très fiers de pouvoir mettre en pratique au Canada notre expertise reconnue dans le domaine des réservoirs GNL », souligne Gaël Cailleaux, Directeur général d’Entrepose Contracting.

« Conjointement avec Entrepose Contracting, nous tenons à mettre en oeuvre les standards les plus stricts quant à la sécurité et la qualité tout au long de ce projet. Notre expertise en matière de gestion de grands projets sera un atout pour mener à bien ce chantier ambitieux. », précise Patrick Kadri, Président de VINCI Construction Grands Projets.

Avec quatorze réservoirs GNL construits dans le monde au cours des dix dernières années, VINCI Construction est reconnu pour sa capacité à répondre aux attentes des acteurs majeurs du secteur gazier et pétrolier. Encore récemment, VINCI Construction a livré plusieurs projets majeurs de réservoirs GNL, notamment Yamal LNG en Sibérie (Russie) et Wheatstone Project en Australie.

*Engineering Procurement and Construction (ingénierie, approvisionnement et construction)

 

Livraison de l’enceinte de confinement de Tchernobyl

VINCI Construction Grands Projets et Bouygues Travaux Publics, partenaires du groupement NOVARKA, ont donné symboliquement la clé de l’enceinte de confinement de Tchernobyl aux autorités ukrainiennes lors d’une cérémonie qui s’est tenue sur site ce mercredi 10 juillet, en présence du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

La livraison de ce projet marque la fin de 12 ans de chantier hors normes dans des conditions atypiques, où plus de 10 000 ouvriers et techniciens de NOVARKA se sont relayés pendant 33 millions d’heures pour achever la construction de l’enceinte de confinement du réacteur n°4 accidenté. La rigueur d’exécution et les méthodes innovantes mises en place ont permis de terminer ce chantier en toute sécurité, sans aucun accident majeur ni radiologique.

L’enceinte de confinement de Tchernobyl est la plus grande structure terrestre mobile jamais construite avec une portée de 257 mètres, une largeur de 162 mètres, une hauteur de 108 mètres et un poids total de 36 000 tonnes (avec ses équipements).

Elle garantira la sûreté du site de l’accident pendant une durée de 100 ans et permettra le démantèlement de la structure vieillissante et le traitement des déchets radioactifs.

Ce projet a vu le jour grâce au financement piloté par la BERD, au Project Management de l’entreprise Bechtel et au soutien quotidien du client le Chernobyl Nuclear Power Plant (ChNPP).

« Rappelons-nous, en 1992, tout était à inventer… », a déclaré Patrick Kadri, président de VINCI Construction Grands Projets. « Nous avions une feuille blanche devant nous et un concours d’idées remporté. Il a fallu de l’audace, une vision, une part de folie pour se lancer ! Les défis étaient de taille : concevoir un prototype unique dans un environnement extrêmement contraint, en repoussant sans cesse les limites du savoir, emporter avec nous l’adhésion de toutes les parties prenantes à l’échelle mondiale, inventer des matériaux qui n’existaient pas et des méthodes de construction atypiques. Ce projet est un morceau de vie pour chacun d’entre nous. Et nous sommes tous conscients du progrès environnemental que cet ouvrage représente pour l’Ukraine, ses pays voisins et tout le continent européen. »

« On ne fait pas deux chantiers comme celui-ci dans sa carrière », a poursuivi Marc Adler, directeur général adjoint de Bouygues Travaux Publics. « Parce qu’il a été énorme, parce qu’il a été compliqué, parce que l’Europe et le monde attendaient beaucoup de notre réussite. Chaque métier a pu vraiment s’exprimer et se surpasser : les ingénieurs, les responsables de la radioprotection, les collaborateurs en charge du contrat et les gestionnaires, sans oublier les responsables des ressources humaines qui ont recruté dans plus de 30 pays différents. Tchernobyl restera dans l’Histoire du génie civil comme un concentré d’innovation et les ingénieurs qui y ont pris part transmettent déjà les enseignements de ce projet hors normes dans les écoles d’ingénieurs. »

La réception de l’ouvrage par le ChNPP ouvre une nouvelle page de l’histoire de Tchernobyl, celle du démantèlement des installations accidentées, rendue possible par les équipements de démolition intégrés dans l’arche et pilotés à distance. Un essai grandeur nature a été réalisé avec succès le 25 avril 2019. L’arche a été conçue pour une durée de vie de 100 ans.

VINCI remporte un contrat pour la réalisation de l’extension de la ligne de la Confédération à Ottawa, au Canada

La ville d’Ottawa a choisi le groupement East-West Connectors piloté par Kiewit (60%) et VINCI (40%) à travers ses filiales Eurovia, VINCI Construction Grands Projets et Dodin Campenon Bernard, pour la réalisation des travaux d’extension de la ligne de la Confédération, l’une des deux lignes de la phase 2 du réseau de train léger O-Train d’Ottawa.

D’un montant de 1,7 milliard d’euros, le contrat porte sur la conception, la construction et le financement, de 27,5 kilomètres d’infrastructures pour étendre la ligne de la Confédération à l’ouest et à l’est. Grâce aux synergies des expertises de ses différentes entités, VINCI réalisera, en groupement avec Kiewit, 4 kilomètres en tranchées couvertes, 20 ouvrages d’art, 16 stations, et un centre de maintenance. Le groupement réalisera également 12 km d’élargissements autoroutiers afin de permettre la construction du LRT et fournira les systèmes associés dont l’alimentation électrique, le système de supervision et de voix données images, la signalisation et le contrôle des trains.

La phase 2 du réseau O-Train d’Ottawa comprend l’extension de la ligne de la Confédération et de la ligne Trillium du nord au sud. L’O-Train s’étendra sur près de 64 kilomètres et comptera 41 stations à l’inauguration de la phase 2 en 2025. Il offrira un réseau rapide et fiable de service ferroviaire à près de 80% des habitants d’Ottawa et permettra de transporter jusqu’à 48 000 passagers en période de pointe.

VINCI Construction Grands Projets remporte le contrat de construction d’une station d’épuration à Hô Chi Minh-Ville, au Vietnam

Le groupement comprenant VINCI Construction Grands Projets (50 %, mandataire) et Acciona Agua S.A. (50 %) a remporté le contrat portant sur la conception-construction de la phase 1 de la station d’épuration de Nhieu Loc-Thi Nghe, à Hô Chi Minh-Ville. La conception-construction est prévue sur une durée de 5 ans, y compris la période de mise en route et de réception des ouvrages. Le projet inclut également l’’exploitation et la maintenance de l’ouvrage pendant 5 ans.

Ce projet de station d’épuration de 200 millions d’euros (170 millions d’euros pour la conception-construction et 30 millions d’euros pour l’exploitation-maintenance) est financé par la Banque Mondiale. D’une capacité de 34 000 m3/heure en débit de pointe, il intégrera une station de pompage, le traitement biologique, la désinfection, le traitement des boues et le traitement des odeurs, ainsi que le raccordement au réseau de la ville.

En traitant les eaux usées du bassin de Nhieu Loc-Thi Nghe, la station d’épuration sera un maillon essentiel du deuxième plan environnemental de Hô Chi Minh-Ville et bénéficiera à plus d’un million d’habitants.

Le chantier emploiera jusqu’à 800 ouvriers locaux en période de pointe et près de 25 000 heures de formation sont planifiées pour garantir la sécurité de tous les intervenants sur le chantier ainsi que la qualité de l’ouvrage.

Ce nouveau contrat vient renforcer la présence de VINCI Construction au Vietnam, où l’entreprise, à travers ses filiales VINCI Construction Grands Projets et Bessac, filiale de Soletanche Freyssinet spécialisée dans les microtunneliers, réalise actuellement la conception-construction d’une conduite de transfert d’eau traitée sur 10 km pour alimenter en eau potable le centre d’Hô Chi Minh-Ville.

VINCI Construction Grands Projets a accompagné le Vietnam dans de nombreux projets d’assainissement pour les villes de Thai Nguyen, de Hoi An en 2016, de Vung Tau en 2013, ou encore de Ha Dong en 2008.

Publication du premier audit des conditions de travail chez QDVC par la fédération syndicale mondiale IBB

La fédération syndicale mondiale IBB (Internationale des Travailleurs du Bâtiment et du Bois) a réalisé, les 8 et 9 janvier 2019, le premier audit sur site des activités de QDVC (société qatarie détenue par la Qatari Diar Real Estate Investments Company et VINCI Construction Grands Projets) au Qatar, accompagnée par des représentants syndicaux français (CGT, CFDT et CFE/CGC) de VINCI. Cet audit conjoint fait suite à l’accord sur les droits des travailleurs signé en 2017 par l’IBB, VINCI et QDVC au siège de l’Organisation internationale du travail (OIT) à Genève.

L’audit s’est déroulé sur le principal projet de QDVC, le métro léger de Lusail (Light Railway Transit System, LRT), ainsi que sur la base-vie du chantier.

  • des travailleurs ont été interrogés, ainsi que des représentants des salariés et des ambassadeurs de la sécurité en dehors de la présence de la direction ;
  • le deuxième jour, le Bureau de projet de l’OIT au Qatar et le Ministère du Développement administratif, du Travail et des Affaires sociales du Qatar (ADLSA) ont participé à une présentation du projet pilote en cours entre QDVC, l’OIT et l’ADLSA, visant à assurer un recrutement éthique des travailleurs embauchés au Bangladesh pour le Qatar par les agences de recrutement et de placement de QDVC.

L’audit a couvert les pratiques de recrutement et d’emploi, la santé et la sécurité, les conditions de travail et d’hébergement, ainsi que les mécanismes de traitement des réclamations pour tous les employés chez QDVC, y compris les sous-traitants et les agences de main d’oeuvre.

Les conclusions de l’audit soulignent le caractère éthique des pratiques de recrutement et d’emploi de QDVC, le bon niveau de santé et de sécurité observé sur ses chantiers, la protection des droits des travailleurs mais aussi des initiatives pro-actives telles que :

  • le programme de sécurité zéro accident (Incident and Injury Free ) ;
  • le « programme de soutien des compagnons » destiné à prévenir les risques psychosociaux ;
  • les mécanismes de traitement des réclamations pour les salariés et les sous-traitants.

L’audit constate également que les travailleurs perçoivent un salaire supérieur au salaire minimum et déclarent être globalement satisfaits de leurs conditions de travail. La principale préoccupation dont ils font état est la crainte du chômage étant donné le manque de perspectives commerciales correspondant au business modèle de QDVC.

Les auditeurs ont pu assister à l’élection du Workers’ Welfare Committee (WWC) de QDVC. Ils ont ainsi constaté le caractère régulier du scrutin et du dépouillement des votes.

  • Un mois avant l’audit, 31 candidats se sont présentés à l’élection du WWC. Le taux de participation a été de 84 % (en hausse de 12 points par rapport à la précédente élection), avec 879 votants sur un effectif total de 1 047 personnes.
  • QDVC avait déjà organisé des élections pour son WWC en 2016, mais pour la première fois un tiers indépendant a pu observer et évaluer le processus.

L’IBB et les syndicats français participant à l’audit ont formulé des pistes d’amélioration parmi lesquelles :

  • accorder plus de temps aux représentants du WWC afin de consulter d’autres travailleurs ;
  • instaurer une meilleure intégration du mécanisme de traitement des réclamations et du WWC ;
  • encourager une analyse plus approfondie des accidents non liés au travail.

Suite à l’audit, QDVC s’est engagé à effectuer un suivi des recommandations de l’IBB, à poursuivre la formation des représentants des travailleurs nouvellement élus et à renforcer la collaboration dans le domaine du recrutement éthique des travailleurs . Le rapport d’audit complet peut être consulté ici : www.vinci.com/publi/vinci/2019-01-IBB-QDVC-VINCI-Rapport-Audit-Fr.pdf.